Blog

HomeArticlesLes Ministères: instruments divins pour la Croissance et la Maturité du Croyant

Les Ministères: instruments divins pour la Croissance et la Maturité du Croyant

Après la nouvelle naissance par la foi en Christ, il est crucial pour tout croyant d’être aux soins d’une église fondée et établie par le Seigneur. Une assemblée qui prêche et enseigne les principes du royaume et sert Dieu en esprit et en vérité. Dieu, le Père des esprits, dans sa préséance a fait toutes les préparations et provisions nécessaires en vue d’encadrer ses enfants afin qu’ils grandissent et soient utiles à son royaume, aussi bien dans l’église locale que dans le monde en général (Hébreux 12:7-11; 1Pierre 2:1-5; Matthieu 5:13-16). Pour accomplir ses desseins, le Créateur donna à ses enfants (l’église) des hommes et des femmes (offices ministériels) pour les servir et pour aider à leur croissance spirituelle (Éphésiens 4:11-16; 1Corinthiens 12:28-31).

 

On peut donc percevoir, entre autres choses, que l’Église a été conçue par Dieu comme un organisme pour former, cultiver et édifier ses enfants.  En ce sens, l’Église peut être considérée comme une école ou un centre de formation. Là, le peuple de Dieu est nourri, instruit, corrigé, guidé et discipliné (châtié) par Dieu, à travers les enseignements des Saintes Écritures, dispensés par des serviteurs compétents, ayant à cœur le développement et la maturité des ses enfants (Matthieu 23:34; Actes 20:28; 2Timothée 2:1-2).  De ce fait, dans le plan divin, la croissance du chrétien ne se conçoit pas en dehors d’une assemblée locale où Dieu Lui-même a placé le leadership et l’apprentissage (Matthieu 11:27-30; Hébreux 12:3-13; Matthieu 28:18-20; 1Corinthiens 12:27-28; Éphésiens 4:11).

 

Bien qu’il existe un nombre indéterminé de fonctions ministérielles, l’apôtre Paul mentionne dans sa lettre aux Éphésiens cinq offices ministériels donnés par Christ pour la maturité ou le perfectionnement des saints, en vue de l’œuvre que Dieu a assignée à chacun de ses enfants. De plus, dans ses lettres aux disciples de l’église de Corinthe et aux disciples de l‘église de Rome, Paul fait ressortir que chaque croyant constitue un membre à part entière du corps de Christ, et comme tel, il est important pour l’ensemble, parce qu’il a une fonction à remplir pour le bien être du corps (1Corinthiens 12:25; Romains 12:3-8).  Il est donc nécessaire de reconnaitre que chaque chrétien, de façon personnelle a un appel divin pour occuper une fonction dans l’église et pour glorifier Dieu dans ce monde.  C’est le devoir sacré de tout croyant né de nouveau de chercher à découvrir et à comprendre son appel en Christ et de connaitre sa fonction dans l’assemblée de Dieu et son rôle dans ce monde (Éphésiens 2:10; 1Pierre 4:10-11). Cependant il nous faut souligner que cela ne peut se réaliser qu’à partir de l’église locale ou Dieu a placé la diversité de dons du Saint Esprit, la diversité des dons ministériels et la diversité d’opérations (1Corinthiens 12:4-6).

 

‘‘Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l’œuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ’’ (Éphésiens 4:11-12).

 

‘‘Et Dieu a établi dans l’Église premièrement des apôtres, deuxièmement des prophètes, troisièmement des docteurs, ensuite ceux qui ont le don des miracles, puis ceux qui ont les dons de guérir, de secourir, de gouverner, de parler diverses langues’’ (1Corinthiens 12:28).

 

‘‘Vous êtes le sel de la terre …, Vous êtes la lumière du monde… Que votre lumière luise ainsi devant les hommes afin qu’ils voient vos bonnes œuvres, et qu’ils glorifient votre Père qui est dans les cieux’’ (Matthieu 5 :13-16).

 

‘‘Comme de bons dispensateurs des diverses grâces de Dieu, que chacun de vous mette au service des autres le don qu’il a reçu’’ (1Pierre 4:10).

 

‘‘Faites toutes choses sans murmures ni hésitations, afin que vous soyez irréprochables et purs, des enfants de Dieu irrépréhensibles au milieu d’une génération perverse et corrompue, parmi laquelle vous brillez comme des flambeaux dans le monde, portant la parole de vie …  ’’(Philippiens 2 :14-16)

Le Rôle de l’Apôtre

Un apôtre est celui que Dieu utilise pour implanter une ou des églises. C’est un ministère de fondation (Éphésiens 3:20).  Bien que mentionné en premier lieu dans les Écritures cela ne veut pas dire que l’apôtre est le plus important des dons ministériels dans l’église locale d’aujourd’hui. Il est un serviteur de Dieu et de l’église comme le prophète et le pasteur, avec une mission spécifique et une onction spéciale lui permettant d’accomplir sa tâche.  Il faut voir un ordre chronologique plutôt que hiérarchique dans Éphésiens 4:11 et 1Corinthiens 12:28.  Le  mot grec apostolos traduit par apôtre signifie envoyé.  Jésus est le plus grand exemple d’un envoyé divin (John 20:21).  Un apôtre donc est un envoyé de Dieu ayant l’autorité et la charge d’établir une ou des églises dans des contrées oû l’Évangile n’est pas encore annoncée.  Il constitue un père spirituel pour ceux qu’il a établis dans la foi et non un dictateur. Son autorité se limite aux églises qu’il a fondées (1Corinthiens 4:15; 2Corinthiens 10:1; 1Thessalonique 2:6-12).

 

L’apôtre est avant tout un prédicateur ou un enseignant de la Parole de Dieu, chargé d’instruire et de former le peuple de Dieu, l’Église, en toute autorité. De plus le ministère apostolique embrasse tous les autres ministères, ce qui fait la différence c’est que l’apôtre a la capacité divine d’établir des églises. Un vrai apôtre du Nouveau Testament devra exercer les dons spirituels de façon remarquable. Il doit avoir une profonde expérience personnelle avec le Seigneur, et doit pouvoir démontrer un leadership spirituel efficace en organisant l’assemblée de Dieu suivant les principes du Seigneur. Les missionnaires d’aujourd’hui qui établissent des églises sous la direction de l’Esprit Saint et qui forment des disciples pour Christ peuvent être considérés comme apôtres des temps présents.

jesus-disciples

 

Le Rôle du Prophète

Certains croient que l’office du prophète n’existe plus aujourd’hui, tout comme l’office de l’apôtre. Il n’y a dans la bible aucune évidence à cet effet. Les ministères sont donnés par Christ (Éphésiens 4:11) et sont établis par Dieu dans l’église (1Corinthiens 12:28) pour le perfectionnement des saints, jusqu’à ce que tous parviennent à l’unité de la foi et à la stature parfaite de Christ. En toute persévérance, c’est seulement au retour du Seigneur que tous les chrétiens atteindront cette perfection (1Pierre 5:10-11; 1Thessalonique 5:23-24; Philippiens 4:12-21). Entre temps, l’Église a besoin d’être édifié, car nul n’a encore atteint la perfection de Christ (Romains 8:29). En attendant le retour du Seigneur, chaque jour de nouveaux croyants reçoivent l’Évangile en acceptent Jésus comme Seigneur et font l’expérience de la nouvelle naissance. Ces nouveaux nés certainement auront grand besoin de tous les ministères pour grandir dans la foi.

Un prophète du Nouveau Testament est celui qui parle par inspiration divine, par révélation instantanée et non à partir des ses pensées et de ses connaissances.  L’exercice du simple don de prophétie par un chrétien, baptisé du Saint Esprit, ne signifie pas pour autant qu’il est un prophète de Dieu (Actes 21:8-11). Le simple don de prophétie s’exerce pour édifier, exhorter, et consoler les croyants (1Corinthiens 14:3, 22; 31). Cependant pour fonctionner comme prophète, il faut premièrement être un ministre de l’Évangile, sanctifié, consacré et appelé par Dieu au ministère. Un prophète n’est pas un dispensateur de prophéties et de prédictions; il ne pratique pas la divination.  Il est avant tout un prédicateur ou un enseignant de la Parole de Dieu.  Quand il prophétise, il le fait par inspiration de l’Esprit Saint pour confirmer la volonté et le plan de Dieu pour son auditoire, pour une église locale, pour un chrétien en particulier et même parfois pour un non-croyant (Actes 11:28; Actes 21:10,11; 1Corinthiens 14:23-25).

 

En plus du don de prophétie, un prophète du Nouveau Testament doit exercer au moins deux des dons de révélation (la parole de sagesse, la parole de connaissance, ou le discernement des esprits). L’office d’un prophète s’accompagne de révélations et de visions, et du ministère de guérisons et de miracles. Cependant les Écritures ne recommandent pas aux chrétiens de rechercher le prophète comme guide ou directeur de leur vie.  Le prophète n’est pas placé dans l’église pour diriger la vie des enfants de Dieu (Matthieu 23:10).  L’Esprit Saint est le Guide du chrétien, c’est pourquoi il est important pour tout croyant de se familiariser avec la parole de Dieu et avec la voix de l’Esprit Saint, afin de reconnaitre la provenance des manifestations spirituelles et d’examiner les ‘‘prophéties’’ pour retenir ce qui est bon, c’est-à-dire ce qui est conforme aux Écritures et à la volonté de Dieu (Romains 8:14; Jean 14:26; Éphésiens 1:15-19; 1Thessalonique 5:19-24).  De plus il faut se rappeler que le ministère prophétique en général confirme ce que Dieu a préalablement révéler individuellement à ses enfants concernant leur futur et son plan pour leur vie et leur ministère. Ainsi le prophète renforce et donne de l’assurance aux croyants dans le plan de Dieu pour leur vie (1Timothée 4:14).

 

Le Rôle de l’Évangéliste

L’évangéliste constitue un ministère spécifique à la dispensation actuelle de l’Église. En effet dans l’Ancien Testament les ministères de prophètes, de pasteurs et d’enseignants existaient déjà quoique opérant suivant l’ancienne alliance.  Même le ministère d’apôtre comme envoyé de Dieu se retrouve dans l’Ancien Testament.  Mais le ministère d’évangéliste se retrouve uniquement dans le Nouveau Testament (Éphésiens 4:11; Actes 21:8; 2Timothée 4:5).  L’évangéliste est celui qui proclame la bonne nouvelle au monde, il est un messager pour le royaume de Dieu qui annonce l’Évangile de Jésus Christ; à savoir: maintenant l’homme peut se réconcilier avec Dieu et faire partie du royaume de Dieu quel que soit sa race, qu’il soit juif ou païen, car ‘‘Christ est mort pour les pèches de tous, il fut enseveli, et ressuscita le troisième jour, conformément aux Écritures’’.

 

L’évangéliste fait connaître à tous ceux qui l’écoutent que le royaume de Dieu est désormais accessible à tous les hommes, juifs et gentils, par la foi dans le sacrifice de Jésus Christ. Il rappelle et exhorte aussi l’Église, l’assemblée des saints, à persévérer dans son devoir sacré d’évangéliser le monde et d’être la colonne et l’appui de la Vérité, en agissant comme vrai témoin de Christ (Marc 16:15-20; Actes 1:6-8). Il encourage également les croyants à se préparer pour le retour du Seigneur (1Timothée 3:14-16; Romains 13:10-14; 2Timothée 4:1-5; Matthieu 25:13).

 

Le thème favori de l’évangéliste est le salut dans sa forme la plus simple. Les miracles et les dons de guérisons constituent l’équipement surnaturel de l’évangéliste, confirmant et authentifiant le message annoncé. Philippe, le seul exemple comme évangéliste du Nouveau Testament, n’avait qu’un seul message à savoir Christ (Actes 8:5; Actes 8:35).  Néanmoins, son témoignage concernant Jésus se confirmait par de grands miracles et des guérisons remarquables (Actes 8:5-8).  De son coté, l’apôtre Paul, faisant l’œuvre d’un évangéliste dans la ville de Corinthe, atteste ce qui suit: ‘‘Je n’ai pas eu la pensée de savoir parmi vous autre chose que Jésus Christ et Jésus Christ crucifié … et ma parole et ma prédication ne reposaient pas sur les discours persuasifs de la sagesse (humaine) mais sur une démonstration d’Esprit et de puissance’’ (1Corinthiens 2:1-5; Actes 18:1-11).

 

Bien que les miracles aient un rôle important à jouer dans le ministère de l’évangéliste, toutefois il nous faut souligner que seule la parole de Dieu (l’Évangile) suscite la foi, affecte la volonté et porte l’homme à s’engager comme disciple de Jésus Christ (Jean 1:12-13).  C’est en recevant la parole qu’on devient enfant de Dieu par la nouvelle naissance (Jean 3:4-5).  En effet, nous sommes sauvés par la grâce, par le moyen de la foi; mais cette foi qui sauve vient de ce qu’on entend et ce qu’on entend vient de la parole (l’Évangile) de Christ (Éphésiens 2:8; Romains 10:17).  Les miracles et les prodiges accompagnent donc la prédication et constituent une puissante confirmation de la parole prêchée, à savoir l’Évangile. Ils peuvent aussi être considérés comme une forme surnaturelle de publicité pour attirer ceux qui doivent entendre la bonne nouvelle du royaume afin que leur foi se repose sur la puissance de Dieu (Marc 16:20; John 6:1-2).

minister

 Le Rôle du Pasteur ou Berger

Dans la bible plusieurs vocables sont utilisés pour désigner ce ministère. Les plus communs sont les mots anciens, évêques (bishops), bergers, conducteurs, et gardiens des âmes.  Parmi les ministères, l’office du pasteur est le plus reconnu et le plus familier de tous.  Il est étroitement associé à l’église.  Le mot grec traduit par pasteur littéralement signifie berger. Ce mot est utilisé plus d’une fois en référence du Seigneur Jésus, l’exemple parfait d’un vrai berger.

 

Jésus lui-même affirme: ‘‘Je suis le bon berger, le bon berger donne sa vie pour ses brebis’’ (Jean 10:11).  Tandis que de son coté, l’auteur de l’épitre aux Hébreux déclare que Jésus est le Grand Berger en ces termes:’’ Que le Dieu de paix, qui a ramené d’entre les morts le Grand Berger des brebis par le sang d’une alliance éternelle notre Seigneur Jésus, vous rende capables de toute bonne œuvre pour l’accomplissement de sa volonté, …’’ (Hébreux 13:20). De plus, l’apôtre Pierre nous fait savoir que Jésus est le Souverain berger et Gardien de nos âmes (1Pierre 2:25; 1Pierre 5:4).  Christ donc est le Grand et Souverain Berger des brebis de Dieu, tandis qu’un pasteur est un sous-berger assigné à une église locale.  On peut voir au départ, à partir de Jésus comme exemple, que la préoccupation première d’un pasteur doit être le bien être des brebis.  Au fait, les brebis ne lui appartiennent pas, mais il est placé pour exercer une surveillance protectrice et est responsable pour prendre soin du troupeau.  Pour cela il lui faut un cœur de pasteur, c’est-à-dire, en toute humilité, il doit aimer les saints au point de se priver de bien des choses pour suppléer à leurs besoins et aux besoins de l’église.  Il faut un cœur de pasteur pour aimer et supporter les ‘‘enfants en Christ’’, car les ’’bébés dans la foi’’ sont bien souvent charnels et contredisants (Actes 20 :28-35; 1Pierre 5:1-4; 1Corinthiens 3:1-2; Marc 10:42-45).

 

Une église sans pasteur constitue un troupeau sans berger. Alors les brebis deviennent languissantes (faibles, malades, sans conviction) et abattues (égarées, dispersés, sans direction et sans vision). Chacun veut faire à sa guise puisqu’il n’y a personne pour communiquer la vision divine. Les chrétiens ont grand besoin de vrais pasteurs capables de révéler et de dispenser la parole de Dieu pour nourrir leurs âmes (Matthieu 9:36; Proverbes 29:18; Hébreux 13:7, 17).  En parlant à Pierre, Jésus insista pour qu’il paisse ses brebis, car sans la parole de vie, les enfants de Dieu ne seront point équipés pour accomplir aucune bonne œuvre pour Dieu et ils deviendront des proies faciles pour l’adversaire, le diable, qui rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera (Jean 21:15-17; Philippiens 3:1; 2Pierre 1:12-15; 2Pierre 3:1-2, 1Pierre 5:8-9).  Le pasteur a aussi la responsabilité pour prier pour les malades et les affligés de l’assemblée, tant au point de vue naturelle que spirituelle (Jacques 5:14-15).

 

A part la prédication, l’enseignement et l’intercession, un pasteur doit pouvoir conseiller et réprimander avec sagesse et douceur les fideles (2Timothée 2:23-26).  Il doit être un homme de bien, plein d’Esprit Saint, de foi, et de patience pour exhorter tout un chacun; et il doit donner un bon exemple en tout, étant un leader des saints (Actes 11:21-24; 1Timothée 3:1-7; Tite 2:7-8).

 

Le pasteur a également la charge de gouverner et d’administrer l’église.  Il est responsable du temple où les fideles se réunissent et doit assurer le maintien et le bon fonctionnement de l’établissement. Il est en charge de la formation des ouvriers qu’il doit placer dans des fonctions particulières, suivant leurs dons et leur appel, en vue d’organiser et d’harmoniser l’œuvre de Dieu. Le service dominical, l’école du dimanche, les études bibliques, la louange et l’adoration, la sonorisation, les ministères d’accueille, d’intercession, d’évangélisation et des finances, les séminaires, les croisades évangéliques, pour ne citer que ceux-là, constituent des fonctions qui demandent une constante attention. Le pasteur donc a un travail d’administration, de supervision et de surveillance (évêque ou bishop); et en plus de cela, il doit exercer les fonctions sacerdotales (baptême, mariage, présentation au temple, funérailles, ordination, etc.).  Selon l’ampleur de ses obligations, il peut être soutenu dans son ministère par d’autres ouvriers comme assistant-pasteurs, diacres, conseil, comité, etc.

 

L’office du pasteur est d’une grande importance. Au fait sans ce ministère sédentaire, fonctionnant dans le Corps de Christ, tout autre office ministériel se pratiquerait en vain.  Quel que soit l’efficacité de l’évangéliste, du prophète et de l’apôtre, s’il n’y a personne pour prendre soin des brebis, l’œuvre de Dieu se perd au fil des temps, et rien n’est produit dans la vie des nouveaux croyants. Ceci est aussi vrai dans le naturel. Quel qu’en soit le nombre des enfants nés dans un grand hôpital, si quelqu’un n’en prend soin, ces enfants assurément mourront.  De même, on n’achète pas de bétail sans s’assurer d’un gardien pour en prendre soin. Ainsi donc, il nous faut bien comprendre et apprécier pourquoi Christ a donné à son église les uns comme pasteurs! (1Timothee 3:1; Actes 11:19-26 (22); Tite 1:5; Actes 20:25-38).

 

Le Rôle de l’Enseignant ou Docteur

Le mot traduit parfois par enseignant dans la bible est le mot d’origine latine doctor.  Le mot doctor vient de l’adjectif doctus et du verbe docere qui signifie enseigner.  Le mot doctor est apparenté au mot doctrina qui veut dire doctrine ou enseignement. Une doctrine est un principe particulier, une position intellectuelle ou spirituelle, une idéologie ou une philosophie.  En général, une doctrine est enseignée ou prônée par une religion, une école littéraire, artistique ou philosophique.  Les parties politiques ont leurs doctrines, de mêmes que les systèmes politiques et économiques.  Le terme doctrine peut être aussi défini comme un système ou un corps d’enseignement concernant un sujet particulier. Dans le domaine spirituel par exemple, on peut parler de la doctrine du salut ou de la doctrine de la foi en Dieu.  Finalement, le mot doctrine peut constituer un ensemble de croyances et de pratiques d’une religion ou d’un culte.

 

Aujourd’hui dans le monde, un docteur est celui qui a obtenu un doctorat dans une certaine discipline (ex. docteur es lettre, docteur en médecine ou docteur en théologie). Originalement un docteur était un enseignant qui avait des connaissances étendues, notamment en matière littéraire ou historique, c’était un expert dans un domaine quelconque. Dans les Écritures, à plusieurs reprises, on retrouve l’expression docteur de la loi. Un docteur de la loi était un spécialiste et interprète autorisé de l’Ancien Testament, particulièrement de la Torah ou Pentateuque constituant les cinq premiers livres de la bible (Luc 2:46; Luc 5:17; Actes 5:34).

 

L’enseignant par excellence fut le Christ, tant au point de vue méthode qu’au point de vue doctrine, révélation et démonstration.  Il enseignait avec puissance et autorité, et ses paroles frappaient l’entendement se son auditoire (Marc 1:21-28). Parmi les ministères donnés par le Seigneur, celui d’enseignant ou docteur est d’une importance capitale, car assurément c’est bien l’enseignement qui instruit et forme les enfants de Dieu; et les conduit à la maturité et à la sanctification. Et certainement, c’est à partir de l’enseignement que l’âme est nourrie et restaurée, et l’intelligence est renouvelée (Matthieu 11:29; Romains 12:2; Éphésiens 4:20-23).  L’apôtre Paul souligne l’importance de ce ministère en écrivant aux chrétiens de Rome et à Timothée son fils dans la foi.  Aux chrétiens de Rome il déclara:’’ … Que celui qui enseigne s’attache à son enseignement (Romains 10:7); et il exhorta Timothée en ces termes :’’ Applique toi à la lecture, à l’exhortation et à l’enseignement Ne néglige pas le don qui est en toi … Veille sur toi-même et sur ton enseignement persévère dans ces choses, car en agissant ainsi tu te sauveras toi-même, et tu sauveras ceux qui t’écoutent’’ (1Timothée 4:13-16; 2Timothée 2:15; Jacques 1:21).

 

Le renouvellement de l’intelligence s’effectue donc par l’enseignement de la Parole, et on n’arrivera jamais à comprendre les choses du royaume de Dieu ou de l’Église sans qu’il nous soit donné d’écouter et de comprendre les enseignements de Christ et de ses ministres (Matthieu 13:10-23; Éphésiens 4:20-21).  Il nous faut ici souligner, qu’il s’agisse des apôtres, des prophètes ou des pasteurs du Nouveau Testament, il est à constater que tous opéraient aussi  dans le ministère d’enseignant ou docteur (Matthieu 28:20; Actes 4:42; Actes 11:25-26; Actes 13:1; 1Corinthiens 15:3; 1Timothée 2:7; 1Timothée 3:2, 1Timothée 5:17).

 

Aujourd’hui quand on parle de ministère d’enseignant dans l’Église, en général on pense à l’École du Dimanche; toutefois il faut se rappeler que l’École du Dimanche n’existait pas au temps de l’Église apostolique du premier siècle, c’est seulement au XVIIIème siècle qu’elle fut instituée dans les années 1780.  Naturellement, toute personne ayant la connaissance des Écritures doit pouvoir enseigner ce qu’elle sait, cependant, quand la bible parle du ministère d’enseignant ou docteur, il faut réaliser qu’il s’agit d’un don divin.  Si l’évangéliste est appelé pour annoncer la bonne nouvelle au monde, l’enseignant lui est placé pour expliquer et faire comprendre les Écritures et les doctrines de Christ aux croyants.  C’est un don ministériel, une habilité (capacité) surnaturelle conférée par Christ à un serviteur ou à une servante que lui-même a choisi et que Dieu établit dans l’assemblée des saints. Il doit être capable d’enseigner les doctrines de Christ et exposer les Écritures dans la simplicité et dans la puissance de l’Esprit de Dieu. Un vrai et sage docteur se montrera très utile par ses instructions à ceux qui auront cru dans l’Évangile de grâce.  Ainsi le ministère d’enseignant constitue une grande bénédiction pour l’église locale et pour l’Église en général (Hébreux 6:1-2; Actes 18:27-28; Éphésiens 4:14).

 

bible

POST A COMMENT